Actualité/Articles

Randonnée Estivale dans le QUEYRAS

Du 4 au 11 aout 2019


Cette année les CRA ont décidé de revenir dans le Queyras (5 ans après le 1° tour). Avec la formule habituelle: on se pose dans un camping quelques jours puis on déménage dans un autre camping et on fait des journées en boucle. Nous sommes donc arrivés le dimanche 4 aout au camping des Moutets à Ceillac. On s'installe, on papote, on dine et on passe notre 1° nuit en montagne.

Lundi 5 aout 2019 boucle Ceillac lac Miroir (montée par la piste sous le télésiège), lac Ste Anne, Parking de Chaurionde et retour. Superbe mise en bouche: deux lacs de montagne assez facile d’accès, temps clair ambiance cool. Repas commun (salade et tourte de pomme de terre prise à la boulangerie du village) et dodo.

 

 

J 2, mardi 6 aout 2019.

Aujourd’hui grosse journée passant par le col de Clausis et le col Albert. 1330m de dénivelé, 24 km et passage à quasiment 2900m d'altitude!
Nous commençons à monter dans la vallée du Cristillan et traversons un chapelet de hameaux. Tous sont restaurés et habités (en été) et les prés sont fauchés et entretenus. Arrivés au terminus de la route, on attaque le plat de résistance: la montée vers le petit lac de Clausis et le col du même nom (environ 600m de dénivelé). La colonne des cavaliers s'étire et se divise: chacun son rythme. Le plus dur reste à venir: le passage sous la tête de Rissace! Sans être vraiment dangereux (sinon Muriel ne nous y aurait pas envoyé!) c'est très impressionnant avec un sol d’éboulis qui a tendance à se dérober sous les sabots de chevaux, surtout pour les derniers. Après quelques frayeurs (hein Joss?) tout le monde passe cet obstacle. Le jeu en vaut la chandelle: quel panorama et l’ambiance "haute montagne" à presque 2900m: magique!!!
Reste plus qu'a descendre après le col Albert vers la Riaille et notre camping. Certainement la plus belle journée, la plus impressionnante et celle qui restera longtemps dans les mémoires. Par chance le temps est resté sec (avec quelques nuages). Il ne faut évidement pas se lancer dans cette zone par temps orageux.

 

J3 mercredi 7 aout 2019.

Après la grosse journée d’hier, certains choisissent de faire une petite journée (3/4 heures de cheval) la majorité du groupe se lance à l’assaut du Col Fromage, traverse jusqu’au col des Estronques avant de redescendre dans la vallée.

C’est une boucle de moyenne longueur avec un dénivelé raisonnable (800m). Enfin, c’est raisonnable pour des chevaux habitués à la montagne, je pense qu’un cheval qui arriverait directement des landes aurait un peu de mal. Je profite de cette journée calme pour donner quelques précisions sur notre groupe : cette année nous étions 18 cavaliers (+2 piétons + 2 vététistes et deux charmantes jujus de 18 mois). C’est un groupe assez conséquent et je pense que c’est quasiment un maximum. Au-delà nous risquons de perdre l’esprit qui nous anime : bienveillance et convivialité, tout (ou presque) se fait en commun, chacun « met la main à la pâte », pas de « sous-groupe », etc.

Comme nous déménageons demain on a réservé au restaurant « l’étape gourmande », j’ai peur qu’ils gardent un souvenir mitigé de notre passage : on est assez bruyants et dissipés…. Et le chahut continu au camping….

 

 

J4 jeudi 8 aout 2019.

Aujourd’hui on déménage, on plie bagage, on ramasse les crottins et en route pour Saint Véran. Muriel nous a tracé une petite journée en direction de la chapelle de Clausis. Montée par une piste en gazon qui permet le galop puis une autre plus caillouteuse pour arriver à la fameuse chapelle de Clausis nichée au fond de la vallée de l’Aigue Blanche à 2380m d’altitude. Ensuite redescente et passage par le village de Saint Véran, haut lieu touristique du Queyras. Nous serons sur l’album photo-vacances de plusieurs centaines de personnes…
Pendant ce temps-là, avec Joss et Denis, nous préparons le terrain au camping de Brunissard et ça commence mal ! Les gérants du camping : un jeune couple, sont limite désagréable (euphémisme !). J’ai compris plus tard qu’il y a eu un quiproquo : ils attendaient un groupe de cavaliers avec un camion d’assistance (comme le groupe du CE « les sabots de Vénus » qui sont dans le Queyras en ce moment. Ils n’attendaient pas 22 personnes avec 13 véhicules. Hé oui, on tient de la place, beaucoup de place…
Tout fini par s’arranger et on s’installe en limite du camping sur une piste forestière. Finalement on y sera bien et on en tirera une leçon : bien préciser aux gens qui nous accueillent ce qui les attends….

 


J5 vendredi 9 aout 2019.

Après une bonne nuit au calme et au frais, mais pas trop (j’ai en mémoire les températures de l’éditions 2014 = moins 3° le matin au lac de Roue !!!!). Départ du camping vers 9h30, montée le long du torrent de l’Izoard et traversée de la route un peu avant la célèbre « Casse déserte ». Encore un effort et on arrive au lac de Souliers : lac glacière tout rond, typique de nos montagnes.  Après un petit bain (des chevaux et des hommes…) c’est la descente vers le très beau village de Souliers puis remontée vers le lac de Roue (artificiel), petit détour par les « belvédères » avant de descendre par le Gr 5 jusqu’à la Chalp et Brunissard.

Ce soir nous aurons droit à un concert de guitares à 4 mains (Darinka et Mathilde). Au programme les grands classiques : « Il est libre Max », « la maison bleu », « il s'appelait Stewball » etc. et aussi de la country ! Merci les filles pour cette soirée magique et fraternelle.

  

J6 samedi 10 aout 2019.

Au programme du dernier jour, les chalets de Clapeyto et le Col Néal. Superbe journée assez facile. La montée est assez progressive et on arrive aux chalets de Clapeto tranquillement ! Nous y faisons une grande pause avant de reprendre la montée jusqu’au col Néal. Sur la crête il y a toute une série de petits lacs autour de 2500m d’altitude. Ce jour là le vent était de sortie et il ne faisait pas chaud, on se trouve une zone abritée pour manger et bien sur il n’y a pas d’arbre. Chacun se débrouille pour que son cheval ne rentre pas tout seul : c’est ça aussi les randos en montagne. Nous revenons presque par le même chemin et nous rentrons pour la dernière soirée au camping. Ce soir c’est pizza prises au resto voisin. Le dimanche matin nous plions bagage et on quitte Brunissard progressivement : fin de la semaine en Queyras. Si on peut faire un bilan rapide, je dirais que c’est une des plus belles randos que nous ayons fait tant au niveau des paysages et des itinéraires qu’au niveau de l’ambiance du groupe. S’il y a eu quelques couacs cela ne change pas l’impression générale : c’était super !