Actualité/Articles

Les Bagages


Choix des outils :

Minimum indispensable : Une alène n° 2, une paire d’aiguille à coudre le cuir (pointe ronde), un gros cutter, un compas, un mètre, une pince, une règle métallique,  des emportes pièces à frapper, un petit marteau, du fil spécial poissé nylon, de la colle néoprène, des rivets creux, des boucles à rouleaux, (des boutons pressions ?) etc….

Si possible : une pince à coudre le cuir, un couteau à pied, un abat care, un

éplucheur,   etc.

Choix du cuir :

Pour les sacoches :

Le fond : un cuir assez rigide (1/2 collet en 3 mm) ou du croupon (moins cher et moins solide)

Les flancs, le ventre et le rabat : cuir traité 2.5 mm ou 3 assez souple (cuir végétal ou ½ chromé)

Les lanières : même cuir que ci dessus ou acheté toutes faites ????

Pour le boudin :

Cuir ½ chromé en 2.5 mm, souple, traité (couleur ???) en principe tout est fait dans la même peau !

Fournisseurs :

http://pagesperso-orange.fr/vieille.usine/plan.htm   (mon fournisseur de cuir : pas cher et beaucoup de choix mais stock variable)

http://www.fages-aiglon.fr/catalogue.htm  (super qualité !)

http://www.vergez-blanchard.fr/boutique/liste_rayons.cfm

http://www.attelage.com/ptit-mammouth/

http://www.wolf-borger-messer.de/franz/cuir.htm   (bien !)

 

 

 

Fabriquer des sacoches

 

Faire un patron pour le fond.: les dimensions peuvent être variables (les sacoches du commerce font environ 30 x 30 cm) 
 

 


Appliquer ce patron sur la pièce de cuir (il faut qu’il ai « un peu de tenu ») tracer le contour une fois coté pile une fois coté face…

Découper les lanières (environ 2cm de large) qui fermeront les sacoches : lanières hautes avec trous (60cm) et parties basses (30cm) avec boucles et passants.

Découper les deux bandes qui seront les flancs (12 cm de large sur 86cm de long ou, si vous avez la longueur 120cm pour avoir des « oreilles » qui vont recouvrir le haut des sacoches)
 

 

 

Découper les "ventres" avec le patron du fond (jusqu'aux pointillés).

 

Découper les rabats, y pratiquer 4 passants par rabats.

 

Coudre sur les ventres les deux passants qui vont tenir la partie basse des lanières.
 

 

 

Coudre le flanc sur le ventre (fleur contre fleur), une foi cousu retourner la pièce.

 

 Fixer par un ou deux rivets les lanières basses (qui seront cousus avec le flanc)

 

 

 

Coudre cette pièce sur le fond (chair du flanc contre fleur du fond). Commencer par le centre (partie basse)

 

Fixer par un ou deux rivets les lanières hautes (qui seront cousus avec le rabat)
 

 

 

Coudre le rabat sur le fond.

Passer les lanières dans leurs emplacements. Et voila pour la 1° moitié!
 

 

 

Monter de la même façon la seconde sacoche.

Assembler ces deux sacoches par une pièce de cuir.
 

 

 

Pratiquer les passages de fixations des sacoches et du charvin .

Je suis partisan d’une fixation « centrale » des sacoches, c’est pour cela que j’ai fait deux trous ou passages pour recevoir des lanières fixées sur la selle et qui vont tenir et centrer les sacoches.

Les passages des strings ou lanières qui tiendrons le charvin font le reste….

 

Un coup de sapo et c’est fini.

 

   

 

Fabriquer un boudin ou Charvin

 

 

 

 

 

Le charvin est constitué principalement de 2 éléments: le "cylindre » et les « fonds ».

Leurs dimensions sont proportionnelles : dans cet exemple le cylindre est (au départ) un rectangle de cuir de 85 cm  x 70 cm et les fonds sont donc des cercles de 26,5 cm de diamètre.

Ces dimensions donnent un assez gros charvin : il est destiné à une dame (????), le mien fait la même longueur pour un diamètre légèrement inferieur.

J’utilise pour ce genre de bagage un cuir ½ chromé de 2 ou 2.5 mm teinté et souple mais d’autres utilisent un cuir un peu plus épais et ayant plus de tenu…. Des gouts et des couleurs ??????  Les autres éléments sont une fermeture éclair, trois boucles, deux bandes de renfort, des lanières, une poignée, de petites pièces de cuir servant de « passant » aux lanières…..
 

 

 

Une foi rassemblés les divers éléments commencer par découper le « cylindre » (85 x 70 ou un peu moins ?) sur ce rectangle de cuir coudre les renforts et la fermeture éclair. Il est souvent possible de faire coudre par un cordonnier ayant une machine à coudre le cuir ces éléments. C’est de la couture facile avec une machine mais c’est très fastidieux à la main !

 

Les renforts sont destinés à recevoir la poignée et les passants des lanières, ils sont donc cousus à environ un tiers chacun de la longueur du rectangle (et s’arrêtes à 2cm du bord). J’ai fait coudre ces éléments par un copain sellier (merci Christian :cuirsetsabots.blog4ever.com/blog/lire-article-263770-1052959-atelier_du_cuir.html) un à l’extérieur (poignée) et l’autre à l’intérieur mais il est possible (à mon avis) de faire autrement !  La fermeture éclair est cousu d’un coté au bord et de l’autre à 4 ou 5 cm du bord (c’est la dimension du rabat).

 

Ensuite préparer la poignée comme ceci : découper un rectangle de cuir de 23 x 3.3cm, poser au centre un « jonc » (une cordelette de 3mm et 12 cm de long). Plier la partie centrale pour que les bords se rejoignent et les coudre bord à bord. Le résultat est cousu au centre du renfort (en laissant le passage de la main !)

 

Préparer les deux lanières « mobiles » avec leurs boucles….

 

 Sur les renforts coudre les passants et poser la lanière centrale fixe (si vous en voulez une ?). Faite toutes les opérations possibles sur le « cylindre » avant de coudre les « fonds » car c’est beaucoup plus difficile ensuite !!! En principe après avoir cousu les fonds il ne reste plus qu’à retourner le charvin comme une chaussette et à le graisser !

 Découper ensuite les « fonds » : deux ronds de + ou – 26 cm. Pour les coudre il faut commencer par un coté du « cylindre » en collant un petit bout des deux éléments « fleur contre fleur » c’est à dire à l’envers.

Progresser par petits bouts : coller 4 ou 5cm, les coudre, encore 4 ou 5 cm etc. jusqu’au bout.

Il faut, bien sur, que les deux moitiés de la fermeture éclair arrivent en face l’une de l’autre. Si les calculs de départ sont bons il n’y a pas de raison pour que ça « cloche ».  

 

C'est la partie la plus "délicate".

 

 


 Répéter l’opération, retourner l’objet et poser les lanières mobiles: c’est fini !

 
 Fin.... Provisoire....