Actualité/Articles

Mais qu'est ce que c'est?


Le cerveau humain émet des fréquences qui peuvent être perçues par tous (humains ou animaux). Et réciproquement…
Ces fréquences sont produites par les pensées et les émotions.
L’animal ressent physiquement et émotionnellement, comme nous les humains. La communication permet de recevoir et de transmettre des messages. Elle permet de ressentir les émotions et les pensées de l’animal, de déceler les causes profondes d’un comportement, de ses relations avec les autres animaux ou avec les humains.

Stage 18 et 19 mars

Intervenantes : Pascale et Christelle

·       Intérêt de la Communication animale : améliorer le bien-être de l’animal et de son humain, savoir comment l’animal nous perçoit, connaitre son ressenti sur son environnement, préparer un changement (déménagement, vente etc.), connaitre des éléments de son passé etc.

·       La com. Animale peut inciter ou conseiller mais pas contraindre : ne pas vouloir donner d’ordre, imposer ou tenter de le manipuler. Ce serait inefficace, contraire à l’éthique du communicateur et même contre-productif !

·       L’animal peut refuser de communiquer (toujours lui en faire la demande). Dans ce cas-là renouveler la demande quelques heures après ou le lendemain… Et s’il y a blocage : changer de communicateur.

Comment communiquer

 Faire un « ancrage » : Se concentrer sur un élément de son corps (ventre par exemple) ressentir l’énergie qui s’en dégage puis sentir cette énergie descendre dans ses hanches, ses cuisses, ses genoux, ses chevilles, ses pieds et enfin « visualiser » mentalement ses pieds s’enfoncer dans le sol émettre des racines qui pénètre profondément la terre (énergie tellurique).  Voir détail en annexe
Se mettre mode « onde alpha » : c’est un état de conscience du cerveau humain qui correspond à l’état méditatif (utiliser en méditation, yoga etc.) Pour cela, vider son mental autant que possible pour laisser la place à la perception et à l’intuition. Voir détail en annexe

Faire une « valise » : créer mentalement une valise ou un sac et le remplir de tout ce qui vous parasite et encombre inutilement votre esprit. Comme les pensées négatives, votre culpabilité, manque de confiance en soi, les bruits extérieurs etc. Une fois cette valise remplie, la fermer hermétiquement et la jeter dans une rivière ou un précipice bref un endroit où elle va disparaitre définitivement (pour moi c’est un volcan)
Visualiser l’animal : le regarder attentivement (qu’il soit devant vous ou en photo) jusqu’à ce que son image soit gravée en vous. Se concentrer sur cette image, fermer les yeux, présentez-vous à lui, demandez-lui l’autorisation de communiquer avec lui et si la réponse est oui, commencer à lui poser des questions… en réponse doivent arriver à vous des ressenties…

Mettre un place un protocole mental qui vous convienne : vous ancrer, créer votre valise et visualiser l’animal etc. Il faut que vous trouviez une façon de faire qui vous soit propre et qui soit celle qui vous convienne le mieux. Cela demande donc du temps et de la pratique….
Les réponses peuvent être données sous différentes formes : sensations corporelles, bien être / mal être, chaud / froid, odeurs, couleurs, images, mots…. Là aussi, chacun trouve sa voie !
Il faut être extrêmement attentif à tout ce qu’on peut ressentir et le noter immédiatement. Donc toujours se munir d’un carnet et d’un stylo. Si vous êtes «pollué» en cours de route par un bruit extérieur, un pensée parasite etc. il faut refaire une valise avant de continuer.
Les questions à poser : l’autorisation de communiquer (trouver un code ! par ex, si la réponse est oui, vous ressentez une pression dans la poitrine). L’environnement de l’animal : là où il vit (espace, confinement etc.) ça lui convient ? sa nourriture ? ses sensations (tu as mal ? où ?) Possibilité de lister (visualiser et nommer mentalement) les parties du corps articulations et organes. Comment sont tes relations avec ton humain ? Quelles sont tes activités (ça te va ou pas ?). Ton nom te convient ? Sentir le tempérament de l’animal (joyeux, triste, curieux etc ?). Parle-moi de ton passé ? (Moments agréables, différents humains ou copains ?). Qu’est ce qui te ferait plaisir ? Comment je peux t’aider ? Quelle aide je peux t’apporter ? Que souhaite tu dire d’important pour toi (question ouverte…)
En fin de séance, lui demander s’il considère que pour lui c’est fini ? Le remercier (toujours) pour cette conversation et lui envoyer de la bienveillance et de l’amour !
Toujours noter avec les notes de la communication le nom de l’animal, son espèce, la date + l’heure de début et l’heure de fin de la séance.
Tout ça se fait progressivement : pour les premières communications ne poser que 2 ou 3 questions et ne vous attendez pas à recevoir des réponses très nettes.

Annexes

Les ondes alpha

Si vous ne savez pas méditer : installez-vous confortablement allongé(e) au chaud, un coussin sous la nuque mais pas de gros oreiller, respirez lentement en ralentissant votre respiration comme avant de vous endormir, faites le calme dans votre cerveau, concentrez votre conscience dans votre corps qui s'apaise en partant des pieds jusqu'à votre tête. Cela afin d'abaisser le rythme vibratoire de votre cerveau et de vous mettre en "onde alpha".

Se mettre en ondes alpha

Le cerveau émet des ondes sur des fréquences différentes selon l'état mental. Normalement, dans la vie de tous les jours, notre cerveau émet sur un rythme appelé "beta" entre 13 et 30 hertz, en cas de concentration mentale et analytique intensive, ce rythme peut dépasser 40 hertz. On appelle alors cet état "ondes gamma".

En ondes alpha, le rythme est beaucoup plus lent : entre 8 et 12 Hz. C'est le rythme dans lequel nous nous mettons spontanément avant de nous endormir et dans la phase de réveil. Il correspond à un état de zen ou de prière. C'est le meilleur rythme pour la communication entre l'esprit rationnel et l'intuitivité.

Ces techniques sont largement connues des yogis qui utilisent aussi le mantra "aum", c'est à dire un son d'une vibration lente et sourde pour parvenir à cet état. Certains parviennent à descendre entre 4 et 7,5 Hz sans s'endormir. On appelle cet état "Theta". Il est également excellent pour la méditation et la créativité.

Pratiquement toutes les religions ont trouvé des postures (yoga), des moyens (chapelet), des sons (mantra, cantique, clochettes), des odeurs (encens) qui facilite l'accès à cet état d'ouverture. C'est pourquoi, si vous savez priez, vous savez descendre spontanément en ondes alpha.

L’ancrage énergétique.

Être ancré, c’est être connecté à la terre. C’est se sentir relié. C’est sentir cette connexion profonde qui existe entre nous et la terre, et être dans l’acceptation du moment présent.

Être ancré, en gros, c’est aussi sortir de ses pensées et prendre conscience de son corps dans son intégralité. C’est donc accepter pleinement son corps tel qu’il est et en prendre soin.

C’est habiter complètement ce corps qui est le nôtre et accepter de vivre notre vie ici sur terre.

Un synonyme de s’ancrer est s’enraciner. S’ancrer, c’est s’enraciner dans le sol, dans la terre, dans le réel, dans la matière, dans le présent, dans l’ici et maintenant…peu importe les noms que vous utilisez.

S’ancrer, c’est sortir sa conscience de sa tête … et l’installer dans ses pieds.

C’est sortir du monde des rêves, des pensées, de l’imaginaire, du spirituel… et revenir dans le monde terrestre, réel, corporel, le monde de la matière. C’est être pleinement là, dans le monde physique.

 

7 façons pour mieux écouter votre intuition

L’intuition, c’est l’affaire d’une seconde de clairvoyance, par définition impromptue. Mais l’attitude intuitive se cultive au fil du temps, c’est un choix et un art de vivre, dont voici quelques clés.
On aimerait tous avoir de « bonnes intuitions. » Mais à bien y réfléchir, la mauvaise intuition n’est pas de l’intuition. Elle est un désir, un préjugé, une fantaisie de l’imagination prise pour une intuition. Le propre de l’intuition est de fournir une information juste sur une situation à venir. Que faire, puisque le processus est inconscient ? Laisser à l’inconscient plus de place pour s’exprimer. Surtout, ne vous mettez pas martel en tête ! Être à l’écoute de son intuition, c’est d’abord lâcher prise et accepter ce qui vient. Un état d’esprit serein, le développement de l’attention au moment présent, l’écoute de votre corps sont autant d’attitudes qui vous permettront de vous engager sur la voie intuitive.

 

1/Mieux écouter votre intuition : Croyez en votre intuition

Car elle existe. Tout commence par-là. Nous avons pris l’habitude de répéter que la logique est notre seul guide. Sur l’idée de rationalité des agents économiques, on a bâti des systèmes, dont on constate aujourd’hui toute la pertinence ! Il faut être convaincu de l’existence et de la validité de l’intelligence intuitive, si mystérieuse nous semble-t-elle. Le psychologue Richard Wiseman, qui a travaillé sur la chance, a identifié chez les chanceux ces deux caractéristiques : ils croient en leur baraka, et ils suivent beaucoup plus leur intuition que les malchanceux. Remémorez-vous vos moments intuitifs, cultivez un jardin secret de l’intuition.

2/ Pratiquez la détox sensorielle

D’une obligation à l’autre, sans réel moment de vraie relaxation, nous nous retrouvons prisonniers d’une spirale de stress : des repas vite pris, des litres de café, un sommeil approximatif, la télévision comme seule source de détente, du bruit dans la rue, au bureau… STOP ! Vouloir entendre ses intuitions dans ces conditions… Autant essayer d’écouter le chant des oiseaux pendant une rave-party. Prenez soin de vous : offrez-vous de vrais moments de détente, prenez le temps de savourer une nourriture saine. Essayez de trouver des moments de calme pour vous ressourcer. « Le silence est sensation, perception, échange » écrit Marc de Smedt. « Univers intérieur, mais tactile. Canal de communication. »

3/ Ecoutez votre corps

« Bien souvent, quand nous sommes en présence de tiers ou dans certaines situations, nous avons des émotions corporelles dont nous ne tenons pas compte » souligne Maud Kristen, voyante reconnue. Cela peut se traduire par une sensation de malaise inattendu, qui n’a pas lieu d’être. Le corps est l’interface, le récepteur de l’information en même temps qu’il exprime ce que votre intellect ne peut discerner. Les Anglo-Saxons parlent de gut feeling, littéralement sensation des tripes, pour désigner l’intuition. Le fils du milliardaire George Soros explique que son père est parfaitement capable d’expliquer ses actions par moult théories. « Quand j’étais jeune, je l’écoutais parler et je me disais que tout ça, c’était des conneries. En réalité vous savez, il modifie sa position sur le marché ou prend une décision de ce genre quand son dos commence à le faire souffrir. Il a littéralement un spasme de douleur qu’il prend pour un avertissement. » (Cité par Malcom Gladwell dans La Force de l’intuition).

4/ Cultivez la transe

La transe ne désigne pas uniquement l’exaltation, la perte de contrôle de soi ou le délire. Dans sa forme légère, elle favorise dans le cerveau le phénomène de synesthésie, c’est-à-dire la coopération entre tous les centres cérébraux, qui est source d’intuition et de créativité. La méditation pratiquée régulièrement est une voie immobile. Le mouvement est une autre voie : yoga, tai-chi, qi gong… Autant de gymnastiques qui ont été inventées pour exploiter le potentiel de la transe. D’une manière générale, mettre son corps en mouvement est un préalable, car cela favorise la perception, et c’est dans la perception que naît l’intuition. Un bon début peut être de préférer autant que possible la marche à pied aux transports en commun.

5/Mieux écouter votre intuition :« Intuitez » sans cesse

Ecouter son intuition, ça signifie être réactif, oser sortir du rang. La vie va vous offrir des centaines d’occasions de pratique. Les paroles aimables peuvent cacher des intentions sournoises, que vous signale une sensation de malaise. Comprenez le sens de l’intuition et réagissez en fonction d’elle. De cette manière, vous vous renforcez. L’intuition peut vous pousser à sortir des sentiers battus. Vous serez parfois seul, et prendrez des décisions que peu de gens comprendront. Qu’importe ! La vie a plus d’imagination que les statistiques. « Dès que vous vous débarrassez de l’idée que vous devez plaire aux autres avant de vous plaire à vous-même, vous commencez alors à vous fier à votre instinct disait l’actrice américaine Raquel Welch. Et ce n’est qu’à ce moment-là que vous êtes satisfait. Vous devenez alors de plus en plus satisfait et les gens auront tendance à être satisfaits de ce que vous faites. »

6/ Soyez honnête avec vous-même

Vous êtes le juge ultime de vos expériences.

Vous pouvez avoir des intuitions qui vous rendent nerveux mais qui sont justes à 90 %, tandis que la grande majorité de vos éclairs de certitude inébranlable mènent à des fiascos. Apprenez à repérer vos moments d’intuition. Soyez lucide, évitez les raisonnements alambiqués du style : « C’est vrai que j’avais cette intuition et que je me suis trompé mais finalement ce qui est arrivé après était bénéfique, donc au final l’intuition était bonne. » Si vous tenez un journal de vos intuitions, privilégiez les faits : quelle était la situation ? Qu’est-ce que vous avez ressenti physiquement ? Quelle décision avez-vous pris ? Que s’est-il passé ensuite ? Efforcez-vous de toujours faire la différence entre les faits et leur interprétation, basée sur des émotions et des désirs qui peuvent être trompeurs. N’écartez pas l’hypothèse des perceptions extrasensorielles, mais n’en voyez pas partout non plus.

7/ Amusez-vous

Souvenez-vous que l’être humain se développe en jouant.

En devenant adulte, nous oublions cette part de nous-mêmes. Dans sa réflexion sur l’intelligence intuitive, Francis Cholle met en avant le rôle du jeu dans la créativité. « Les vraies avancées explique-t-il, doivent nécessairement rompre avec l’ordre logique que nous connaissons. » Dans cette brèche s’engouffre l’idée qui nous fait avancer. Le jeu est une expérience dynamique, qui nous absorbe et n’a d’autre finalité que de nous procurer du plaisir. Tout est possible : lire, sculpter, peindre, faire du théâtre… C’est dans cet esprit que nous vous conseillons d’expérimenter vos perceptions extrasensorielles. Imaginez que depuis votre enfance, vous ayez vécu avec une jambe attachée dans le dos, obligé de sautiller à cloche-pied. Quoi de plus jouissif, si on vous rendait soudain l’usage de ce membre, que de dévaler les collines en chantant ! L’intuition naît et s’épanouit dans l’expérience de la liberté. « Les gens ne voient que ce qu’ils sont préparés à voir » écrivait Ralph Waldo Emerson. Soyez prêt à tout.

Claire C

 

La communication consciente avec les Animaux

Un chemin commun, une voix, voie de guérison

19 Jan 2017

La communication consciente offre une large ouverture sur différents plans de conscience. Avant tout, j’aime à dire qu’elle sert les cœurs, mais en pratique elle offre également une utilité toute pragmatique. Ainsi, par exemple, en tant que médiateur avec les animaux nous pouvons intervenir et aider dans différentes situations : pour aider aux transitions (qu’elles soient géographiques ou de développement intérieur), pour aider dans l’apaisement de certains conflits ou incompréhensions, entre animaux, ou entre animal et humain, pour apporter des indications et solliciter des aides pour encourager le rétablissement face à certaines maladies et malaises, y compris en rapport avec les lieux de vie ou tout simplement pour faire passer des messages.

La communication animale, c’est aussi ré embrasser consciemment le mouvement des vivants, quelle que soit leur forme et leur incarnation. Sentir l’autre si proche, sentir que vous êtes entendus sous toutes vos dimensions.

Alors, peu importe la voie que vous emprunterez, elle sera toujours ponctuée d’alliés, de partenaires et d’amis. Et de même que vous ne vous sentirez jamais seuls, vous ne laisserez jamais seul un ami sur votre route. Les Animaux nous parlent, de tous leurs sens, et nous répondons à leur appel. Se faire enseigner directement par la Nature et l’Animal ? Pour se laisser toucher au plus profond de nous…

N’est-ce pas le rêve que porte votre enfant intérieur…qui attend encore parfois pour sourire à la Vie.

Concrètement, c’est aussi bien évidemment la possibilité de créer un lien épanouissant avec les animaux qui vivent avec vous.

En pratique comment faire ?

Même si tous nous portons cette même vie qui relie, qui parle et tisse des échanges en nous et autour de nous, il est parfois nécessaire de se faire aider en accompagnement pour ré-explorer nos capacités de communications intuitives.

Il s’agit de réveiller son potentiel de communications sensibles et intuitives, qu’elles soient auditives, gustatives, olfactives, tactiles, etc.,

La pratique de la communication consciente avec les Animaux permet de nous dévoiler avec sincérité… Merci à nous de vivre ce chemin COMMUN, d’en faire une voie de réunification inter-espèces, dans des liens de fraternité et de tolérance.

Surtout, continuons à nous faire tout SIMPLEMENT PLAISIR!!! sans nous prendre au sérieux…de toute façon, on ne sait jamais vraiment rien!! Alors, juste offrons-nous plaisir à échanger et dialoguer avec tous ceux qui le souhaiteront !


La communication animale pour moi, qu’est-ce que c’est ?

C’est mettre en pratique l’expression l’ «un terre rieur » de chacun.
Entrer en communication dite intuitive, c’est développer, aiguiser ses sens de perception sensorielle afin d’entrer en partage avec un autre, animal ou humain. Lier amitié, sentir l’autre, ressentir l’Émotion associée à la Rencontre subtile et profonde de cet autrui qui devient ami : « comme si » vous vous étiez toujours connu. Fini la peur archaïque d’être trahi, la peur d’être seul et incompris, la peur de juger et d’être jugé.

Abondance d’amour et de sollicitude tout autant que de clairvoyance affirmée et posée sans scrupule. De ce fait, il vous soulage, vous offre aide dans votre épanouissement. Le choix se pose. Un choix : celui de vous laisser aimer, de vous laisser instruire, guider, apprendre…la tolérance, la patience, le discernement, le lâcher-prise. Apprendre à vivre et jouir de la sensation de confiance en la vie que vous pouvez enfin accueillir et ainsi faire partager autour de vous.

L’Animal est un guide et refait de nous des Vivants. Vous êtes alors libres de témoigner, d’embellir toutes vos relations, vos frères de cette Terre, animaux et humains. Et dans les coups durs, la chute se fait ressaut, vous rebondissez, plein de conseils et d’écoutes amicales reçus de vos frères Animaux.

Vivez l’Émotion.
Imaginez :
Il est mon bras gauche. Qu’est-ce que cela donnerait dans mes sensations ?
Il est mon cœur. Comment je me sens à travers cela ?
Il est mon souffle : comment je respire ?
Il est mon pied. Comment je marche ?
Il est mes pleurs. Comment sont mes larmes ?
Il est mon rire. Quel est-il ce rire ?
Il est mon chant ? Alors chante ! Qu’exprime mon chant ?
Il est mes yeux. Quelles sont mes perceptions visuelles et sensibles ?

Soufflez à chaque étape. Offrez-vous de recevoir le temps nécessaire à la mise en place et à l’appréciation de chaque rencontre.

Repensez à une problématique actuelle de votre situation quotidienne.
Quelles idées vous viennent maintenant (« main-tenant ») ?
Quelle que soit votre pratique, si elle ne sert pas le cœur, et sa vaste compréhension, elle peut faire mal et rester caduque.

Je vous souhaite de pouvoir communiquer activement et consciemment avec nos amis Animaux, qu’ils puissent vous ouvrir les yeux du cœur, et vous aider dans la simplification de nos croyances de vie, de sorte que tous puissent faire entendre leur voix et apporter soin et grâce à tous ceux qui le souhaiteront dans leur cœur.

Florence Emmeline Lombardini